Home

Petit clin d’oeil dans ce billet à une série télé espagnole dont je me délectais pendant mes années d’étudiant, « La Familia Mata ».

Le titre joue sur le fait que la famille s’appelle « Mata » qui est la conjugaison du verbe « tuer »… très fin. Mais clin d’oeil quand même parce que très bientôt je reçois mes parents et mes beaux-parents à déjeuner dans le nouveau Love Appart » bordelais. Je veux dire, pas les uns après les autres, non, ça c’est trop facile mais tous en même temps… Je veux dire, ils seront là tous les quatre. Autour de la table.

Sur le papier, nous n’avons rien à craindre, nos parents sont des gens formidables.

La question est : quels tapas cuisine t-on à des gens formidables ? Surtout que ces dames sont des cuisinières hors pair et que ces messieurs ont l’habitude de se délecter des bons petits plats de ces mêmes cuisinières… L’angoisse ! Parce que ce déjeuner ils s’en souviendront toute leur vie, parce que c’est toujours autour d’une bonne table que se scellent les plus belles amitiés, parce que je les imagine déjà, chaque couple dans sa voiture, sur le chemin du retour en train de débrieffer dans le détail leur repas dominical : tu as vu comme ils mangent salement ? Et qu’est-ce qu’ils boivent ! L’entrée manquait un peu de sel non ?

Le défi est d’autant plus grand que dans le lot, j’ai une végétarienne, une personne qui n’aime pas les plats trop épicés, une autre qui n’aime pas le salé-sucré et enfin un autre qui ne supporte pas la betterave mais celui-là est pardonné. La betterave, ça ne devrait servir qu’à faire du sucre et puis je ne sais pas le traduire en espagnol. Je vous l’ai déjà dit. La belle a déjà prévu de faire son famous chocolate cake au thé vert. Facile, il est trop bon.

A l’heure qu’il est, c’est la page blanche. Nada. On sera en novembre, alors forcément je pense champignons.

Et quand je pense champignon, je pense hallucination, ahaha, non ? ça ne fait rire personne ? Mais c’est pourtant ça la sortie honorable : provoquer un grand délire collectif à coup de pourriture des sous-bois !

Je vois mon beau-père et ma belle-mère débarquer dans le salon en Harley Davidson, vroum, vroum, alors que ma mère improvise un Fado ténébreux sous le regard de mon père qui s’est laissé pousser la moustache afin de se fondre dans le paysage de la mafia lisboète, aiiiie, aiiiie, ah non ça c’est du flamenco.

Et puis quoi ? Il y aurait Anne Sinclair, Alain Juppé, Romain Duris avec le crâne ouvert et tous les autres qui surgiraient du canapé noir comme d’un jeu de Jumanji. Moi j’enverrai valser des tortillas frénétiquement alors que la belle exécute ses nouveaux pas de Zumba-twerk-yoga, oui tout en même temps, et cette petite assemblée qui hurle des Olé à chaque vuelta de ma tortilla ponctuée par un déhanché digne d’Antonio Banderas dans Jamon Jamon... Le rythme s’accélère, je sens que je décolle du sol. Mon beau-père me porte sur ses épaules. Mon père fait de même avec la belle. Nous survolons notre appartement plein comme un oeuf d’autruche délirant sous acide. Et là tout le monde se met à chanter le refrain de la chanson I can’t take my eyes over you version joyeuse d’un Voyage au bout de l’enfer culinaire.

Dios mio que c’est bon les champignons.

Publicités

Une réflexion sur “La familia mata !

  1. Pingback: Mon dîner avec… Francis Cabrel | Ya Está by Tonio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s