Home

Bueno… Lo confeso. Je ne cuisine pas toujours avec 2cm d’huile d’olive dans ma poêle. Je vous hurle de billets de blog en billets de blog qu’il ne faut pas lésiner sur le gras, le sucre et vos fesses. Il est un point (et un seul !) sur lequel je dois vous avouer ma faiblesse : le gras. Oui les palais parisiens sont fragiles. Je suis face à un mur culturel démesuré qui provoque systématiquement soit une grimace pour les moins délicats d’entre vous, soit la culpabilité qui suit toujours le pêché enfantin de la gourmandise après avoir dégusté ma succulente tortilla. Certains parviennent à me l’avouer telle une confession au bienfaiteur sanctifié et ça me fend le coeur.

Donc pour ne pas finir seul avec mes migas et mes séries télévisées, il me fallait m’adapter. C’est la dure loi de Darwin. Si le gastrosexuel veut avoir une chance de se perpétuer à travers les siècles pour résister à la tyrannie de l’anti-gourmandise, il doit feindre la cuisine light, faire une danse du ventre à sa belle : « no ma cocina n’est aussi lourde que mon humour ».

ronsalad

ronsalad2

Je m’exécutais donc pas plus tard qu’hier soir. Pasta aux fruits de mer, sans crème, sans huile d’olive, nada. Quand soudain, la hermana pequeña débarquée de Belfast nous déclare : « c’est drôle comme les gens sont maigres à Paris ». Interloqué, je décide dès le lendemain de faire de l’observation socio-physionomique depuis la terrasse d’un café, activité complexe et chronophage comme vous le savez. Ayant moi-même perdu 10kg depuis mon installation dans la capitale, le sujet m’interpelle. Et effectivement… deux heures plus tard deux questions se pendent à mes lèvres.

truedetectivemcconaughey

Première question : où sont passés les gros(ses) ? En effet, « Avec un IMC moyen (Indice de Masse corporelle) de 23,2 laFrançaise est, avec l’Italienne, en dessous de la moyenne européenne (24,2), loin devant les Britanniques (26,2) ou les Suédoises (24,3) ». Plusieurs explications à cela. D’abord la tradition du repas à heures fixes a la dent dure et évite les grignotages continus toute la journée. ensuite, le français moyen a grandi. « En cent ans, les hommes auraient grandi de 11 cm et les femmes de 8 cm. Les Français ont aussi grossi, du fait d’une alimentation plus riche et des changements d’activités. Malgré cette prise de poids et de hauteur, la corpulence moyenne reste donc normale. » De manière tout à fait empirique, le Parisien court partout dans le métro, s’époumone pour engueuler son voisin de bouchon et fait la queue 4h pour manger son Burger chez Big Fernand ou pire, au Burger King de la Gare Saint-Lazarre. Vous comprendrez qu’avec une qualité de vie aussi déplorable le Parisien ne parvienne pas à prendre du poids.

Deuxième questions : alors si les Français sont maigres, pourquoi cette obsession du régime et pourquoi autant de mal-être et de complexes face à leur miroir ? « La femme française associe directement la beauté à la minceur, explique le sociologue Thibaut de Saint Pol dans le blog du Nouvel Observateur « Obsession ». C’est lié à beaucoup de causes, culturelles, psychologiques mais aussi à l’éducation. Les parents responsabilisent les enfants dans leur rapport au corps et s’ils échouent, ils sont culpabilisés. » Et toujours dans le même article : « La culture du désir et du plaisir initiée par Mai-68 a fini par muter : de la libération des corps, on serait passé à leur contrôle (…) Cette génération qui n’était pas complexée a créé une génération qui l’est devenue, en lui parlant sans cesse de son physique ». Résultat immédiat dans le monde du travail : « Il y a un lien statistique négatif entre IMC, salaire et promotion professionnelle : la minceur, pour les femmes, c’est un diplôme supplémentaire. »

Voici donc dévoilé un de ces codes français qui sclérose notre société. Un de ces codes pernitieux planqué derrière ce discours de la bonne conscience : « Venez comme vous êtes, we are the world, we are the children », blablabla ronflements. TON-TE-RIAS ! De la même manière que le mec de banlieue en survet’ aura toujours du mal à trouver du boulot, le gros aura collé sur son front l’image du laissé-aller. Et le plus diffcile dans tout ça ce n’est pas tant cet état de fait culturel mais l’illusion entretenue de la réussite pour tous qui empêche justement les uns et les autres de s’adapter.

Maintenant la question est la suivante : soit tout le monde s’adapte sans rien dire et fait la gueule dans le métro, soit on change le code. Je fanfaronne avec toute cette huile mais le but de ce blog n’est pas de vous faire grossir. Par contre s’il vous plaît, faites-vous plaisir ! Si vous devez mettre un costume pour votre entretien d’embauche, faites-le non pas parce qu’on vous le demande mais parce que vous êtes beau dedans. De la même manière en cuisine, si votre corps dit stop au gluten, adaptez votre alimentation parce que vous n’avez pas le choix mais ne subissez pas en geignant. Soyez créatif et gourmand. Oui gourmands, eux seuls ne grossissent pas.

 

Publicités

2 réflexions sur “Pourquoi les Parisien(ne)s sont-ils si maigres ?

  1. « Où sont passées les grosses ? »
    Je suis là !

    Si tu cherches quelques kilos en trop je peux te dépanner 😉 mon régime sans gluten m’a rendu tellement gourmande que je ne suis pas perdre de les perdre !
    Je suis une parisienne, une grosse parisienne. Quand j’ai du mal à me glisser sur la banquette d’un restaurant et qu’il faut demander à mes voisins de table de légèrement décaler leur chaise je subit les regards désapprobateurs… à croire que je suis trop grosse pour fréquenter les mêmes lieux que les hipsters maigres qui m’entourent. Hier matin un automobiliste passablement énervé par ma « lenteur » en velib qui lui a fait rater son feu orange ma tout simplement traité de « gros boudin ». Visiblement si tu n’es pas une superbe sportive en jupette tu peux aller au boulot…à pieds : ça te fera maigrir ! Il y aurait encore beaucoup à dire… les transports, les magasins de fringues, quand le serveur apporte une salade et un steack et qu’il pose automatiquement la salade devant moi (non non c’est moi l’entrecôte).
    Paris est une jungle pour la grosse parisienne, comme pour tous ceux qui sont différents. Affirmer sa gourmandise et ses rondeurs est certes un peu compliqué, mais devant un bon repas chez Le Gastrosexuel rien n’est plus facile !

    • Merci merci merci pour ton commentaire Fanny ! Paris est une jungle d’hommes pressés et affamés. La gourmandise, la vraie, voilà un élément de discrimination positive à creuser !

      Bises !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s