Home

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué mais dimanche, ce n’est ni la droite, ni l’extrême droite et encore moins l’abstention qui ont gagné dimanche. C’est l’Espagne.

Anne Hidalgo et Manuel Valls - Photo ABACA press

Anne Hidalgo et Manuel Valls – Photo ABACA press

Commençons par une femme et qui plus est une andalouse. Anne Hidalgo. Anita… Morenita, muchachita au large sourire, fille d’immigrés espagnols tout droit débarqués de la baie de Cádiz, aaaaah Dios mio, Cádiz, cité douce et folle, oui folle, vous voyez très bien ce que je veux dire, le Carnaval et sa luxure, son flamenco qui fait retrousser les tentacules des Chipirones du barrio de la Viña.

Anita a hérité de ce regard brun et décisif, une douceur apparente et de l’entêtement dans les talons. « Une femme puissante » selon son triste mari, Jean-Marc, ça veut tout dire. Elle mériterait un Fernando, un Javier, un bel Antonio, voyez, une barbe de trois jours, du caractère et de la nonchalance dans l’accent andalou et un déhanché endiablé derrière le tablier. Oui parce que la Morenita ne cuisine pas.

Un plus haut dans la stratosphère politique, un homme, Manuel Valls. Manouel. Catalan de sang, Barcelonais par hasard : ses parents ont posé leurs congés pile poil pour que la madre mette bas aux pieds du Camp Nou. En somme, cet homme a tout pour me déplaire : nationalisme forcené, indépendantiste dans l’âme, regard hautain et méprisant. Du Catalan pur jus. Et pourtant… il est le cauchemar des imbéciles cagoulés de la Basquie occidentale et c’est un amateur de corrida. Manouel, tu commences à m’intéresser : l’art de la mise en scène, sentiment aigu de l’instant décisif, prise de risque mesurée mais cojones en avant face à la bête. Manouel, ça y est tu es dans l’arène, « tu vas l’attraper lui et son chapeau… » pardon un relent de Karaoké.

Alors pourquoi devons-nous nous réjouir de cette Espagne qui « pousse un peu sa corne » (pardon, décidément) dans notre marigot putride politico-médiatique ? Observez attentivement l’adversaire de l’un et de l’autre. D’un côté nous avons l’énigmatique Nathalie Kosciuzco-Morizet. Grande, élancée, une femme splendide et élégante, regard d’acier, intelligence et répartie, mais… profondément Française.

Des airs de sainte nitouche laissant déborder malicieusement ce sein que nous ne serions voir et puis… rien. Nada sexsoual en somme si ce n’est ce petit gloussement à la Marie-Antoinette, « comment mon cher, vous n’oseriez pas ? ». Il y en a marre. Quieres sexo o no ? ça suffit le minaudage ! On est en période de crise, les chicanerie de la vieille garde aristocratique, nous n’en voulons plus. Nathalie, regarde moi ! Regarde moi de tes yeux de braise, je sais que tu en es capable. Sèche moi tes larmes Nathalie avant que je ne déchire ton chemisier de soie.

Marie-Antoinette frigide - Kirsten Dunst

De l’autre, nous avons Jean-Marc Ayrault. Nantes. L’Ouest chiant. Pas tout à fait le Bretagne, pas tout à fait le Sud-Ouest. Les vacances en caravane. Le visage carré. Le verbe mou. La pensée rigide. Le genre de bonhomme qui ne te dit rien et qui derrière va pondre un rapport saignant en deux parties, une belle dissertation avec des lettres bien formées, trois carreaux après la marge, sautez une ligne. Une rigidité républicaine purement formelle mais qui ne s’assume pas. Partisan de l’axe poussiéreux Paris-Berlin. Au duel Merkel-Cruz, Manouel lui a choisi son camp : celui ou celle qui veut lui jeter la pierre se lève maintenant ou se taise à jamais. Non en fait taisez-vous.

Oui taisez-vous ! Lamentez-vous sur le faible engagement civique de vos concitoyens, lamentez-vous sur leurs esprits rances de petits notables provinciaux effrayés par l’immigration galopante, lamentez-vous sur votre figure présidentielle mollassone, lamentez-vous mais en silence. La France est fatiguée d’elle-même, il serait temps qu’elle s’oublie un peu et qu’elle regarde vers le Sud.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s