Home

Que vous le vouliez ou non, amateur d’abats ou pas, lorsque vous enfilez votre tablier, ce sont vos tripes que vous devez mettre sur la table. C’est culturel. En France, on ne pardonne pas le moindre faux pas culinaire et nos amies les blogueuses food aux dents acérées et à la plume grasse s’en donnent à coeur joie. C’est toujours très facile de cracher dans le Gazpacho quand on a le culo puesto sur le tabouret. Comme le disait le poète Florent Pagny, tout le monde a un trou du cul. Bueno, un hueco al nivel del culito. Du coup, cocineros galos, nous n’avons pas le choix, c’est comme en amour, pour que leurs papilles chantent, il faut donner un sacré coup de rein et parfois, oui messieurs, au prix d’une cruelle indifférence, un haussement de sourcils, un « déjà vu, déjà testé, déjà goûté » votre self-estime en prend un sérieux coup.

hank moody

Hier soir, nous échangions avec Fanny, la maestra de la boulangerie sans gluten qui exerce ses talents chez le bien nommé Kayser. En parlant de nos expériences respectives, elle au fournil, moi au fourneau de la Pépinière, nous partageons un même constat : nous dépensons une énergie considérable pour remplir une vitrine sans avoir le plaisir du partage, le sourire conquis du ou de la bobo esseulée, perdue dans ses bentos ou ses Bägels au bord du Canal Saint Martin. Nous donnons sans recevoir en bon crétins chrétiens que nous sommes. Imaginez ! Vous faites votre plus belle parade nuptiale culinaire pour finalement voir votre belle avec l’oiseau junk food qui utilise à doses industrielles vos armes secrètes : le sucre, le gras et le marketing putâssier.

stupid-reaction-gif

Du coup, on se renfrogne, on s’enferme, on est frustré et on fait la gueule pour satisfaire le touriste venu de sa province venu voir le Parisien râler comme il va voir le singe manger sa banana au Zoo de la Palmyre (si tu viens du Sud-Ouest, toi seul peut comprendre).

Entonces, la solution ? Gardez votre déhanché, du rythme dans votre Hula Oup de cocinero endiablé ! Continuez de mettre les mains dans le gras, le sucre et sur les fesses de la crémière en hurlant de plaisir votre flamenco. Gardes le cap coco !

Votre cuisine doit séduire et pour séduire il faut donner et savori recevoir. Allez-y piano au début : quelques embutidos de charcuterie de bellota pour mettre le salivant en route, olé ! Enchaînez sur un spicy Arroz à la cubana accompagné de bananas flambées au vieux rhum et tac ! Un coup de poing sur la table et un hurlement de plaisir, c’est à ce moment là que vous sortez de la cocina pour recevoir cumplimentos, besitos y mucho más. Et gardez bien en tête, que s’il n’y a plus de plaisir à retourner la tortilla autant inverser les rôles : faites-vous servir !

my-plans-for-spring-break

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s