Home

Basta ! Il y en a marre de ces remarques de prout-prout afrancesados, de ces hypocondriaques de la bouffe qui savent aussi bien jouer les docteurs de pacotille que les malades imaginaires de leur propre sinistrose. Oui en Espagne on mélange le vin avec un soda et c’est DE-LI-CIEUX.

Alors bien sûr, si votre seule référence est cette immondice basque, ce mélange couleur pétrole de coca-cola et de vin rouge qui tache servie pendant les festivals de punk nationalistes, cheveux gras, dents jaunes et boutons rouges, je comprends votre indignation, toute jacobine et toute bourgeoise soit-elle.

calimocho

Françaises, Français, soyez un peu curieux et lorsque vous passez la frontière, allez au-delà des Pyrénées, bien au-delà, ça vous changera de vos allers-retours imbéciles pour vous enfumer et vous alcooliser à peu de frais. Il existe une contrée ensoleillée, joyeuse, riante et au moins aussi gastronomique si ce n’est plus que la Catalogne et le Pays basque, sempiternelles boudeuses aux deux oreilles de la Péninsule, j’ai nommé (reprenez votre souffle), l’Andalousie.

Andalousie mon amour, quand arrive le mois d’avril, las Cruces de Granada puis la Semana santa de Sévilla (et même si tu as commencé en février avec le Carnaval de Cadiz), je sais que tu commets le péché irréparable de mélanger ton vin rouge bon marché avec une limonade. Un quart de vin rouge au fond du verre, tu me regardes, canaille, tu dévisses le bouchon de la bouteille en plastique de ta limonade (que je vous recommande de remplacer par du Schwepps agrumes : honteux placement de produit), tu te délectes du pschiiiit et de l’effet produit sur mon visage, dos cubitos de hielo¹, une branche de menthe et une tranche de citron. Roulement de tambour, palmas de flamenco : voici le tinto de verano !

pub schwepps

Mais ton imagination va plus loin. Un peu plus au Sud, quand Séville se dévergonde ou quand El Rocio triple de volume, tu vas chercher un vin plus rare, un vin de ta terre : le fino, la Manzanilla, cet espèce de vin blanc sec que l’on trouve aux environs de Jerez de la Frontera. Et pour adoucir un peu ce coup de fouet iodé et le rendre désaltérant quand la température monte dans les pantalons taille haute, tu y ajoutes du Seven Up (más los cubitos de hielo y la menta, por supuesto). Roulement de tambour, palmas de flamenco : voici le rebujito.

Manzanilla "La guita" - terrasse avec vue

Manzanilla « La guita » – terrasse avec vue

Vous êtes encore sceptiques, tas de puristes à l’anus rétracté ? On en reparle autour d’un verre ?

 

Publicités

6 réflexions sur “De la désacralisation du vin

  1. Pingback: La paella, volver a casa | Ya Está by Tonio

  2. Pingback: Du gras, du sucre, des Berenjenas | Ya Está by Tonio

  3. Pingback: Mon dîner avec… Nicolas Sarkozy | Ya Está by Tonio

  4. Pingback: Mon dîner avec… Alizée | Ya Está by Tonio

  5. Pingback: Mon dîner avec… François Hollande | Ya Está by Tonio

  6. Pingback: Mon dîner avec… Audrey Pulvar et Aurel | Ya Está by Tonio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s