Home

J’ai un souvenir culinaro-hispanique très fort. C’était lors d’une de mes premières visites en Espagne, Salamanca, ville aussi catholiquement respectable architecturalement parlant que dévergondée par la faune venue de toute l’Europe qui vient s’encanailler à coup de Calimocho¹.

Je quitte la radieuse cité universitaire très tôt le matin après m’être couché quelques heures plus tôt, encore dans les brumes d’une ivresse générationnelle non contrôlée. Des sourires et des regards que je ne reverrai certainement plus et qui laissent pourtant une emprunte d’une intensité inégalée. Vous connaissez cela.

L’abuela qui me logeait alors se lève à l’aube également pour me préparer un bocadillo² afin de tenir mon estomac (le seul, l’unique) pendant les quelques heures de train qui me ramèneront de l’autre côté des Pyrénées. Et elle me dit cette phrase que je n’oublierai jamais : « El queso viene suavizar el piquante del chorizo ».³ 

Quelques années plus tard, je découvrais una tapa dans un coin de ruelle de Grenade, au bien nommé Saint-Germain : chorizo frito con miel. Mais d’où vient donc cette obsession ? A quoi ça sert de me rendre piquante cette saucisse si c’est pour me la suavizer à coup de queso ou de miel ? Je goûte, têtu mais curieux. Je ne le savais pas encore mais ce petit miracle d’une simplicité déconcertante alliait les trois points cardinaux de la félicité sensual : le gras du cochon, le sucre du miel et le piquante del sexo. Olé. 

Bueno, c’est bien joli de vous faire saliver en titillant vos pulsions primaires mais on ne va quand même pas se contenter d’un pot de miel et du premier chorizo venu. Instinctivement, je vous aurai conseillé de prendre un chorizo chez votre charcutier de quartier, c’est à dire une saucisse qui épandra allègrement tout son gras dans votre poêle bien chaude. C’est très rigolo de voir une saucisse fondre mais tout ce que vous obtiendrez, ce sont des miettes de cochons piquantes : pensez à l’esthétique de vos tapas, malditos lectores ! Et ce, même si vous faites surchauffer votre poêle comme un loco ou una loca en espérant que cela saisira vos trocitos. Qué no ! Tout ce que vous obtiendrez, c’est un chorizo caramelizado y… negrito.

Pariez donc sur un chorizo « standard », celui que vous auriez servi à l’apéritif. Plus ferme, vous coupez de fines tranches qui feront de délicieuses chips de chorizo. Restez vigilant tout de même à ne pas le brûler : si le chorizo est sensual, il est aussi sensible (attention transition) et justement pour qu’il ne reste pas seul à se dorer la pilule recouvert de miel, vous l’accompagner d’artichauts. Des coeurs en boîte feront très bien l’affaire, je ne vous ferai pas l’affront d’aller les chercher sur le marché du Rialto à Venise, quoi que vous auriez tord de vous priver du voyage.

Vous mélangez tout ça une fois que le chorizo a rendu un peu de gras et a pris un peu de bronzage (un peu, un tout petit peu s’il vous plait). Servir chaud. Tapa sucrée-salée qui conviendra aux végétariens qui piqueront les morceaux d’artichaut laissant la carne aux carnivores et apprécier las lagrimas del chorizo (4)… Il va de soi.

NB : à aucun moment il ne vous est nécessaire de rajouter de l’huile. C’est une recette « light ».

1- Calimocho : ou Kalimotxo pour les basques, les surfeurs et les aztèques. C’est un mélange de Coca-cola et de vin rouge. C’est dégueulasse et nous y reviendrons prochainement, promis.

2- Bocadillo : Sandwich pour celles et ceux qui n’ont jamais mis le spieds en Espagne. 

3- El queso viene suavizar el piquante del chorizo : le fromage vient adoucir le piquant du chorizo (sans aucun sous-entendu)

4- Las lagrimas del chorizo : les larmes du chorizo (avec sous-entendu)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s