Home

Les migas ont longtemps été un mystère pour moi. Ce mot bruissait dans le brouhaha andalou avec à chaque fois un sourire aux lèvres de mes interlocuteurs et l’affirmation têtue et fière que c’est dans telle ou telle région que l’on faisait les meilleures. Le régionalisme a la dent dure en Espagne, jusque dans l’assiette. 

J’entendais parler de mie de pain (traduction de migas en fait), d’huile, de beaucoup d’huile et forcément un peu d’ail, pas très loin. Mais je ne parvenais pas à comprendre comment il était possible de faire un plat comestible avec si peu d’ingrédients et autant de matière grasse. Et soudain, voilà une petite assiette de migas qui débarque sur un coin de comptoir avec ma bière Alhambra. A première vue, on dirait de la semoule agrémentée de quelques oignons, d’un poivron et… oh, un morceau de chorizo. Mise en bouche. Une pâte terriblement grasse mais fondante, oh le chorizo de nouveau… et oui c’est l’hiver et Dio’ mío (oui en l’Andalou mange les « s » avec autant de délectation qu’une tortilla) que c’est bon. Les migas, c’est encore une fois le plat du pauvre et actuellement la solution conviviale, anti-crise et anti-déprime de l’autre côté des Pyrénées. Françaises, Français, laissez de côté votre snobisme, vos fines gueules et votre porte-feuille et faites plaisir à vos cellules adipeuses et votre cellulite sans complexe. Suivez le guide.

Il vous reste du pain. Normal personne n’est venu bruncher avec vous (je vous rappelle, vous êtes seul(e)). Faites moi tremper cette baguette sèche et ridiculement tordue, succédanée de french virilité, dans un peu de lait. Certains vous dirons qu’il vaut mieux faire un mélange eau-farine. Pour avoir testé, je vous le déconseille : le résultat est une pâte compacte difficile à travailler. En attendant, vous faites chauffer de l’huile d’olive dans votre sauteuse comme si vous vous lanciez dans une énième tortilla. Là-dedans vous faites revenir 3 gousses d’ail encore parée de leur chemise (transparente et légèrement entrouverte… Aaah l’ail, cet aphrodisiaque). Une fois que ces dernières ont un peu confit, sortez-les de leur calvaire et mettez-les à part. C’est au tour du chorizo (un demi fer à cheval de chorizo c’est bien) et si vous en trouvez, un peu de morcilla (vous en trouverez une très bonne, from Navarra, du Marché Saint Quentin dans le 10ème arrondissement de Paris). Une fois que toute cette charcuterie a bien doré et, s’il vous plait, avant de me la faire brûler, vous la sortez de la sauteuse et vous réservez le tout à côté de l’ail afin que tout ce petit monde se tienne chaud. Vous épluchez trois oignons que vous coupez grossièrement (j’ai dit les fines gueules de côtés) et hop, dans l’huile qui a pris un peu de couleur et de goût. Pareil avec deux-trois poivrons (variez les couleurs oui parce que l’important, c’est la couleur).

migas

Les oignons sont devenus transparents et les poivrons ont ramolli : voici le moment que vous attendiez tous, le pain dans la sauteuse. Egouttez au préalable la baguette qui a perdu de sa vigueur et incorporez moi tout ça avec les « légumes ». Vous ne cessez pas de mélanger pour transformez cette bouilli ingrate de french touch desséchée en chapelure grossière et baignant d’huile façon spanish-crumble. Vous rajoutez l’ail, le chorizo et la morcilla. Assaisonnez à votre convenance, l’important c’est d’avoir soif.

migas #2

Facile non ? Je sais que vous êtes sceptiques. Oui c’est gras, au-delà même du Panthéon adipeux andalou, au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer… Il est parfois impérieux de revenir à nos instincts primordiaux, le gras, le sucre, « Spain is diferent »

Publicités

3 réflexions sur “Migas ! Te lo vas a comer !

  1. Pingback: Habas con Jamón : sales petites hypocrites ! | Ya Está by Tonio

  2. Pingback: Gazpacho de saison… qué no ! | Ya Está by Tonio

  3. Pingback: Pourquoi les Parisien(ne)s sont-ils si maigres ? | Ya Está by Tonio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s