Home

Novembre tire déjà sur ces derniers jours. Il pleut. Il fait froid. Vous avez raté votre dernière tentative de suicide après un premier « burn-out » automnale. Il est midi et vous ne savez pas ce que vous allez manger alors que la fringale vous tord les boyaux depuis 10h, heure de votre petit-déjeuner qui s’est résumé à un café, une cigarette et quelques cachets. Voici mes ami(e)s, la solution miracle à tous vos problèmes existentielles. Mieux qu’une séance de yoga, plus planant qu’un que n’importe quelle drogue synthétique, plus stimulant qu’une séance de musculation pubo-coccygiens (oh oui) et plus sensuel qu’une séance avec Betony Vernon (oh oui, oh oui), voici la recette ultime de la abuela, une des recettes du top five du panthéon adipeux andalou. Roulement de tambour… « las papas a lo pobre » !

C’est le genre de plat qui vous met chaos. Celui qui fait baigner les molaires longuement en bout de table dans un état extatique de contemplation du tablier volubile de la grand-mère satisfaite de renvoyer son plat vide en cuisine et de vous voir, yeux mi-clos, jauger les efforts nécessaires pour atteindre le canapé ou les WC. Dans un dernier râle, vous contractez ce qui vous reste d’abdominaux pour redresser la partie supérieure de votre corps. Le triceps droit se tend, votre bras se lève pour saisir de la main votre verre de vin rouge de la Bodega Cauzon, (nous y reviendrons bientôt) : une dernière gorgée, fatale, pour feindre l’hydratation. Votre serviette est tachée d’une couleur violâtre ainsi que de tâches d’huile transparentes ou verdâtres… Mais qui a-t-il donc dans ce plat hypocritement dénoncé par les autorités sanitaires ?

« Papa a lo pobre », littéralement, les pommes-de-terre du pauvre. Imaginez que la veille,vous n’avez pas pu utiliser toutes vos patates pour faire votre Tortilla. Qu’à cela ne tienne ! Vous les éplucher et les couper en fines lamelles (comptez environ 2,5kg de patates pour 6 personnes). Plongez le tout dans votre sauteuse préalablement remplie d’un demi-pouce d’huile d’olive dans laquelle vous avez déjà fait frire un peu d’ail (3 gousses, c’est pas mal). Vous rajoutez les oignons (3 également selon votre goût, et blanc ou rouge pour la couleur). « Il se fiche de nous ? Il nous refait une tortilla! » Patience malheureux. Oui la première étape est similaire sauf que comme son nom l’indique, c’est la patate du pauvre, donc pas d’oeufs. Mais bon, l’Espagnol étant gourmand même par temps de disette, il faut savoir accommoder ce plat de quelques extras.

Le plus simple est d’y mettre quelques poivrons pour donner un peu de couleur. Sinon rajoutez du chorizo frit et de la morcilla, du boudin noir. Ce ne sera plus le plat du pauvre mais vous gagnez en goût en en graisse animale.

papa a lo pobre

Donc vous revoilà seul(e) devant votre assiette d’huile de pommes-de-terre. Vous vous branchez sur Facebook ou Vis ma vie et au moment où vous sentez la jalousie du bonheur d’autrui vous monter au nez, vous saisissez votre fourchette (c’est très bon avec une cuillère aussi), et enfournez votre première « bouchée du pauvre ». Vos lèvres encore brillantes d’huile, esquissent un léger sourire. La pomme-de-terre fond en bouche dans un fumée d’ail et de chorizo dont le piquant fait couler une larme au coin de votre oeil droit.

Vous entendez soudain une hirondelle. Oui une hirondelle en novembre. Le vent d’automne souffle dans le tilleul laissant transpercer le soleil sur votre visage selon les aléas du mouvement de ses feuilles. Vous fermez les yeux. La silhouette de l’Alhambra se dessine au loin, la pierre encore chaude du soleil emmagasiné toute la journée. Oui… fermez les yeux.

« Antonio, vente a limpiar los platos ! ». J’avais oublié la abuela.

Publicités

4 réflexions sur “Papa a lo pobre. Rico, rico, rico !

  1. Pingback: Migas ! Te lo vas a comer ! | Ya Está by Tonio

  2. Pingback: La Francesa : la tapa de "toda la vida" | Ya Está by Tonio

  3. Pingback: Peut-on faire une tortilla dans une cuisine rose ? | Ya Está by Tonio

  4. Pingback: Mon dîner avec… Nicolas Sarkozy | Ya Está by Tonio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s